La dépression post-partum affecte aussi les papas

Si le baby blues dans les jours qui suivent l’accouchement est « normal », environ 7 à 20% des jeunes mères sombrent dans la dépression post-partum. On l’ignore bien souvent mais les hommes ne sont pas épargnés. Des études parlent de 5 à 10 % des jeunes papas.

Les causes de la dépression postnatale chez la femme et chez l’homme

Les jeunes parents se retrouvent soudainement submergés par un immense sens des responsabilités, auquel peuvent s’ajouter des difficultés économiques, un jeune âge et un sentiment d’insécurité. Les hormones jouent également un rôle dans le baby blues et la dépression post-partum. L’équilibre hormonal de la toute nouvelle maman change, ce qui peut provoquer des troubles de l’humeur. Chez le père, on a pu observer une chute de la testostérone après la naissance de son enfant. C’est particulièrement le cas des hommes qui ont été étroitement impliqués dans la grossesse de leur partenaire et qui passent beaucoup de temps avec leurs enfants, selon une étude de l’American Northwestern University.

Symptômes de la dépression du post-partum

On parle de dépression postnatale lorsqu’un individu a des pensées négatives sur une durée d’au moins deux semaines au cours de la première année après l’accouchement. Les autres signes sont un manque de sommeil, une agitation, une perte ou une prise de poids, un sentiment de culpabilité, des difficultés de concentration, une sur-anxiété, un sentiment d’inutilité… La psychose puerpérale est le trouble post-partum le plus grave, ses symptômes les plus marquants sont une confusion, des délires et une psychose maniaque: la personne commence à avoir un comportement hyperactif, et parce que son sens de la réalité est perturbé, elle affiche un comportement imprévisible.

À long terme, la dépression post-partum peut nuire au bien-être de l’enfant. Par exemple, il peut y avoir des problèmes de développement, relationnel et/ou physique. Il est donc important, tant pour le parent que pour l’enfant, que la dépression post-partum soit détectée et traitée.

Diagnostic et traitement

Selon une étude suédoise de 2017, la dépression postnatale chez les hommes échappe davantage aux radars. Alors que les femmes montrent généralement qu’elles ne se sentent pas bien en restant au lit ou en pleurant, les hommes adoptent plutôt un comportement de fuite. Par exemple, ils se jettent corps et âme dans le travail, prennent de l’alcool ou des drogues ou sont irritables. Les hommes sont également moins susceptibles d’exprimer leurs difficultés psychologiques. Les mamans n’admettent déjà pas facilement que la vie avec un petit bébé s’avère moins rose qu’espéré, environ 20 à 50 % ne parlent pas de leurs difficultés, mais chez les hommes, le pourcentage de papas pas bavards est encore plus élevé: 83 %.

Si vous vous inquiétez pour vous-même, votre partenaire ou l’un(e) de vos proches, il est très important d’en parler à votre médecin, à une sage-femme, à une infirmière ou à une personne de confiance pour qu’un traitement personnalisé puisse être instauré. En général, quelques examens sont réalisés pour préciser votre situation: prise de sang (pour vérifier la fonction thyroïdienne), questionnaire… Le traitement va de l’aide psychologique aux médicaments, selon la gravité de la dépression.

Si vous ou votre partenaire ressentez des idées noires après la naissance de votre enfant, même si vous pensez que « c’est pas grave » et que ça va passer, ne restez jamais seul(e) avec ces sentiments, n’attendez pas et parlez-en. Plus vite une prise en charge est instaurée, et plus grandes sont les chances de guérison.

Suivez Minimi sur Facebook et Instagram

Lire aussi:
La peur de faire du mal à son bébé ou phobie d’impulsion
SuperMamas, la géniale initiative de mamans pour aider d’autres mamans
Témoignage | « J’ai fait une grave dépression post-partum »
Témoignage | J’ai fait un burn-out parental

Le meilleur de Minimi dans votre boîte mail ?

Inscrivez-vous à notre newsletter

Reageer op artikel:
La dépression post-partum affecte aussi les papas
Sluiten