Bébé 19 May 2020 Amélie Micoud

Mon enfant ne dort pas: et si je faisais appel à une coach du sommeil?

Votre tout petit ne fait pas ses nuits… ou plutôt, pas VOS nuits? Et si vous faisiez appel à un.e coach du sommeil? Encore peu courant dans nos contrées, le recours à une consultante peut pourtant faire des miracles. Nous avons rencontré Juliette Moudoulaud de Fée De Beaux Rêves, qui nous explique en quoi consiste son métier.

Est-ce qu’il va dormir cette nuit? Quand fera-t-il ses nuits? Est-ce qu’il serait mieux dans sa chambre? Vais-je redormir un jour? Si dans les pays anglo-saxons, aux États-Unis notamment, recourir à un consultant en sommeil est dans les mœurs, ça l’est bien moins dans notre pays. Pourtant, faire appel à quelqu’un d’extérieur, qui vous suivra jusqu’à une amélioration dans un accompagnement personnalisé, peut grandement aider des parents qui ont « tout essayé ». C’est ce que nous raconte Juliette Moudoulaud, coach sommeil certifiée.

Comment en êtes-vous venue à devenir coach du sommeil?

J’ai moi-même rencontré de grosses difficultés avec ma deuxième fille. Notre aînée n’avait pas eu de soucis de sommeil, mais pour ma deuxième, à partir du moment où j’ai arrêté l’emmaillotage, ça a été épouvantable. Je la berçais trois quarts d’heure, elle dormait un quart d’heure.

Je suis donc au départ une maman qui a essayé de trouver une solution pour sa fille. Sur les forums, deux conseils dominaient: « ça va passer » ou « t’as qu’à faire le 5-10-15 et la laisser pleurer, elle fera ses nuits ». Aucune de ces approches ne m’allaient. À 5 mois, ma fille ne dormait pas. J’étais en Angleterre à l’époque, je me suis documentée sur des approches américaines, et j’en ai trouvé une qui m’a convenu, que j’ai appliquée et qui a très bien fonctionné. La spécialiste de la méthode s’est mise à former des consultantes, et je me suis formée avec elle. Aujourd’hui, si je suis en formation permanente, j’ai développé ma propre manière de faire. Le métier de consultant en sommeil se développe. Quand j’ai commencé il y a 4 ans, il n’y avait presque que moi!

Comment travaillez-vous?

J’accompagne les parents sur la durée. Je commence par un entretien préliminaire d’un quart d’heure. Ensuite ils doivent à répondre à un questionnaire qui balaie une trentaine de questions. Pour les bébés, cela tourne essentiellement autour du sommeil, mais aussi de l’alimentation, de l’éveil, de la motricité, des types de jeux. Je pose la question du rythme, et, bien sûr, de comment bébé s’endort. Pour des enfants plus grands, il y a environ 40-50 questions. Ensuite, j’aborde l’historique familial: événement particulier? Pour les plus grands, les questions s’axent autour du comportement de l’enfant, du langage et des apprentissages. Je peux aussi leur parler directement. Bien sûr, dès que je sens qu’il y a une problématique à laquelle je ne suis pas habilitée à répondre, j’oriente les parents vers des professionnels (psy, pédiatre, etc.).

Je fais la plupart de mes interventions à distance, par téléphone et/ou visio. Je demande à voir où dort l’enfant, soit par photos, soit en visio. À partir de tout ça, je propose un accompagnement personnalisé. Pour les plus grands, à partir de 18 mois-2 ans, il est important qu’ils sachent que quelqu’un d’extérieur s’intéresse à leur sommeil. Pour les encourager et les rassurer. Je suis toujours dans une dynamique positive.

Quand et pourquoi faire appel à un coach du sommeil?

Le point de vue du parent est là hyper important: quand les parents ont du mal à supporter la situation, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide. Un parent reposé sera plus disponible pour son enfant, et c’est un cercle vertueux: si la mère ou le père va bien, l’enfant dormira mieux. Les réveils nocturnes sont normaux à partir du moment où ça ne dure pas. Si l’enfant semble être en forme la journée, qu’il n’est pas chouineur, grognon, et que ça va à tout le monde, c’est ok. Mais si votre enfant met 2 heures à se rendormir toutes les nuits, alors il y a quelque chose…

Mon accompagnement doit permettre de donner confiance au bébé, en lui montrant qu’il peut se rendormir par lui-même, sans ses parents. Il s’agit de lui donner cette confiance là.

Enfin, il est vital de déculpabiliser les parents, et surtout les mamans. Mon intervention peut aussi contribuer à cela. Déculpabilisons les mamans! (rires)

Avez-vous suivi des parents pour qui ça n’a pas marché?

Honnêtement, non! J’ai pratiquement 100 % de réussite. Une grande partie des gens que je suis ont tout essayé… Mais avec moi ça marche! (Rires)

Juliette est maman de 4 enfants. Coach sommeil certifiée, elle a créé « Fée De Beaux Rêves« , pour accompagner parents et enfants dans l’amélioration de leur sommeil. Vous pouvez la contacter via son site : www.feedebeauxreves.fr, et vous abonner à son compte Instagram.

Suivez Minimi sur Instagram

Lire aussi:
7 conseils pour survivre aux nuits sans sommeil avec votre nouveau-né
Emmailloter son bébé, la solution miracle?

 

 

 

 

 

Notre newsletter hebdomadaire bientôt dans vos boîtes !

Vous souhaitez la recevoir ? Alors inscrivez-vous ici.

Reageer op artikel:
Mon enfant ne dort pas: et si je faisais appel à une coach du sommeil?
Sluiten