Bébé 3 Mar 2021 Amélie Micoud

Le cododo: ses avantages, ses inconvénients, les règles de sécurité

Le cododo, ou cosleeping en anglais, est-ce que c’est pour nous? Quels sont les avantages de dormir avec son bébé? Et les risques? Enfin, et surtout, quelles sont les règles à connaitre pour cododoter en toute sécurité (et bien dormir tant qu’à faire)?

Parmi les sujets polémiques liés à la parentalité, la question du cododo, ou cosleeping en anglais, revient comme un leitmotiv. Entre ses partisans et ses détracteurs, la guerre est déclarée depuis de nombreuses années. Pourtant, beaucoup de jeunes parents – et leurs enfants – y trouvent leur compte, et la pratique est en réalité loin d’être marginale.

Le cododo: une question de culture

La littérature scientifique existante sur le sujet montre que le cododo est largement pratiqué dans certains pays du monde. La Suède, la Chine et le Japon sont les pays qui cododotent le plus, selon une étude internationale publiée en 2001. L’Afrique et l’Inde également, entre bien d’autres pays.

Mais la pratique du bed sharing (partage du lit) est aussi de plus en plus répandue dans les pays industrialisés. En 2008, une étude a conclu que 30 à 40 % des jeunes parents américains pratiquaient le cododo chaque nuit et toute la nuit, et 60 % des parents ont déclaré avoir déjà fait du cododo.

En Belgique, comme en France, la tendance à partager le lit parental avec son (ou ses) enfants suit donc les exemples des pays nordiques, chinois ou américain. On ne dispose pas de chiffres récents permettant de se faire une idée du taux de parents dormant avec leur bébé sous nos contrées, mais la pratique est certainement plus courante qu’il y a quelques décennies, quand les spécialistes de la petite enfance et de la psychologie infantile recommandaient de faire dormir l’enfant dans sa propre chambre, ou à distance des parents, parfois dès le retour de la maternité.

Une affaire de culture donc, quand beaucoup considèrent que, naturellement, les petits mammifères humains devraient dormir tout contre leurs parents…

Cododo dans le même lit ou cosleeping dans la même chambre?

L’OMS préconise de dormir à proximité de son bébé, dans la même pièce, pour réduire le risque de mort subite du nourrisson (MSN). En 2016, l’American Academy of Pediatrics (AAP) a élevé cet âge à la première année de vie dans l’idéal, ou au moins les 6 premiers mois.

Les autorités de santé conseillent en général cette solution intermédiaire du lit bébé placé dans la chambre parentale. Ainsi, la vigilance de l’adulte est présente sans les risques liés au partage de lit (détaillés plus bas).

Quels sont les avantages du cododo?

  • Faciliter l’allaitement: au contact de son bébé, la maman produit aussi de la prolactine, l’hormone qui déclenche la lactation. Les tétées sont également plus nombreuses et plus longues en cododo, plus confortables (position couchée), et la poitrine moins engorgée le matin au lever.
  • Favoriser le lien: avec la mère, mais aussi avec le père. En dormant près de son bébé, la mère – mais aussi le père ou co-parent – secrètent de l’ocytocine, l’hormone (entre autres) de l’attachement. L’attachement « sécure » est aussi meilleur quand on est à proximité de son enfant.
  • Rassurer les parents: vérifier que son bébé respire bien est plus facile quand il dort dans le même lit (ou dans la même chambre) que d’avoir à se lever pour se rendre dans une autre pièce. Sentir son bébé à proximité, le toucher, l’entendre, peut aider la jeune maman (ou papa) anxieuse à mieux dormir… même si certains peuvent justement être gênés par l’hypervigilance induite par la présence du bébé près d’eux.
  • Rendre le sommeil de bébé plus léger: eh oui, c’est un avantage! Dormir dans le même espace permettrait plus de phases de sommeil léger, et moins de phases de sommeil profond. Le nouveau-né qui, physiologiquement, connait plusieurs micro-réveils par nuit, est ainsi stimulé… pour téter notamment. En cododo ou en chambre partagée, les parents seraient moins confrontés au « bébé qui dort trop » qu’il faut réveiller pour le nourrir.

Quels sont les inconvénients du cododo?

  • Un sommeil perturbé des parents, de la mère notamment, qui, en hypervigilance et/ou gênée par bébé, se réveillerait trop fréquemment. Si ces réveils sont protecteurs pour l’enfant, ils peuvent conduire à un épuisement de l’adulte. C’est d’ailleurs une des principales critiques du cododo, qui, selon une étude américaine de 2018, augmenterait le risque de déprime voire de dépression post-partum.
  • Une intimité mise à mal: le bed sharing n’aiderait pas le couple de parents à se retrouver après bébé, et aurait un impact dans le baby clash. Certains experts trouvent problématiques que le lit parental devienne un lit familial, l’enfant devant quitter à un moment donné la fusion parentale – maternelle en l’occurence – pour le bien-être intime des parents, mais aussi pour son intimité à lui (si le cododo est pratiqué avec un enfant plus grand notamment).
  • Des problèmes de sommeil chez l’enfant, avec un problème d’endormissement du tout-petit si le parent n’est pas présent, et/ou des réveils trop fréquents pour téter par exemple, alors que, physiologiquement, l’enfant n’a plus besoin d’être autant nourri la nuit.
  • Des risques de mort subite du nourrisson due à une chute, une suffocation, un écrasement thoracique ou une hyperthermie. Beaucoup d’études ont mis en évidence un lien entre MSN et lit partagé lorsque certaines règles de sécurité ne sont pas respectées et lorsque certains facteurs de risques sont présents: vigilance altérée côté parents, et prématurité, très jeune âge (moins de 4 mois) ou faible poids de naissance côté bébés.

Dormir avec son bébé en toute sécurité

Dans un article du Soir, Jose Groswasser, médecin responsable de l’unité du sommeil à l’hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola, explique que « Ce type de scénario (de l’étouffement de l’enfant par les parents, ndlr) n’est susceptible de se produire que si le sommeil des parents est altéré par la prise de sédatifs (médicaments ou alcool), auquel cas il est exclu de pratiquer le cododo. »

Précautions en cododo

  • Pas de substances pouvant altérer la vigilance des parents: tabac, alcool, médicaments, drogues. Le tabac pendant la grossesse est un facteur de risque supplémentaire de MSN. Attention aussi à la fatigue extrême maternelle (et paternelle).
  • Le bon lit: surface plane, matelas ferme, suffisamment grand.
  • Pas de couette, couverture, oreiller. Placez bébé en gigoteuse au-dessus de votre couette.
  • La bonne position de bébé: ni trop haut (trop près de vos oreillers) ni trop bas (risque d’enfouissement sous la couette). Et, bien sûr, bébé doit être couché sur le dos. Évitee de mettre bébé entre les deux parents ou entre vous et le mur. L’idéal: investissez dans une barrière de lit spécialement conçue ou placez votre matelas au sol.
  • Ou, mieux: investissez dans un berceau cododo (ou side bed). De cette façon, bébé dort dans son espace à lui, à portée de bras, sans risque de chute, d’écrasement ou d’enfouissement. Veillez à bien attacher le berceau à votre lit et ne laissez pas bébé dormir sans surveillance avec l’un des deux côtés abaissé.
  • Pas de surchauffage de la pièce: la température idéale se situe aux alentours de 19 °C. On évite donc de cododoter en cas de grosse chaleur ou dans une pièce trop chauffée et non aérée.
  • Pas d’animaux dans le lit, ni d’enfants côte à côte en cododo avec un bébé.

Mais alors, cododo ou pas cododo?

Dans sa thèse sur le cododo, rendue en 2016, la chercheuse Loren Pasqualini écrit justement qu’il « n’existe pas de discours simple sur le cododo. Le déconseiller pour tous ne semble pas la bonne solution, et pourrait amener les parents qui doivent nourrir leur enfant la
nuit à choisir des solutions bien plus dangereuses comme le sommeil partagé sur un canapé, ou à diminuer les taux d’allaitement, augmentant de ce fait la morbidité infantile. [Une étude] a montré l’inefficacité des conseils en défaveur du cododo, alors que les conseils pour partager le lit de façon sécuritaire sont mieux accueillis par les parents.« 

Finalement, c’est à vous parent de sentir ce qui vous convient le mieux, à vous et à votre enfant. L’étude sur le lien entre difficultés maternelles et cododo évoquée plus haut dit également que les mères qui partageaient leur chambre ou lit avec leur bébé encore 6 mois après la naissance se sentaient aussi plus jugées que les autres mères. Il est probable que la condamnation de certaines pratiques comme le cododo pèse aussi sur le moral des jeunes mères.

Selon Juliette Moudoulaud, consultante en sommeil, « Il n’y a pas de bonnes et mauvaises habitudes. Il y a des habitudes qui vous vont à vous. Si le cododo convient parfaitement aux mamans, allaitantes notamment, il n’y a aucun souci. Si ça VOUS correspond, tout va bien! »

Suivez Minimi sur Facebook et Instagram

Lire aussi:
Bébé dort dans sa chambre: les règles de sécurité
Comment aider bébé à faire ses nuits? Les conseils de Juliette, coach du sommeil
Quel rituel pour le sommeil de bébé? Les conseils de Juliette, coach sommeil
Comment calmer la toux de mon enfant la nuit?

Le meilleur de Minimi dans votre boîte mail ?

Inscrivez-vous à notre newsletter

Reageer op artikel:
Le cododo: ses avantages, ses inconvénients, les règles de sécurité
Sluiten