Chronique | Ma vie de maman déconfinée, semaine 2

Après avoir chroniqué mes 8 semaines de confinement en famille, c’est en partie déconfinée que j’écris aujourd’hui. Bilan de cette deuxième semaine de déconfinement, à J+14.

La semaine dernière, j’avais un peu triché car j’avais hyper envie de parler animaux sauvages et grande ville, en évoquant la vue de notre appart’ compagnie créolesque (pour la référence, je vous invite à lire ma dernière chronique donc). Du coup, du déconfinement en lui-même, je n’avais raconté que peu de choses. Si ce n’est la bipolarité du truc: « j’ai envie de déconfiner – j’ai pas envie de déconfiner ». Depuis, j’ai lu plein de trucs en ce sens, et j’ai bien l’impression que c’est pour tout le monde pareil.

Bilan de cette deuxième semaine de déconfinement

3 petites journées sans enfants – J’ai eu la chanson de Bjork It’s oh so quiet toute la journée dans la tête
1 jour férié et son pont – retour à la case départ
4 prises de conscience, au moins, sur la maternité, les enfants, les rapports aux autres, la vie quoi

Oui, attention, cette semaine je suis un peu d’humeur qui suis-je, où vais-je, où cours-je… Ok, c’était déjà peut-être le cas précédemment. Mais avouez que cette situation de confinement eut pu servir d’allégorie existentialiste pour un Camus, un Sartre, un Beckett, un Ionesco… ou pour un épisode de Black Mirror (mince, quelqu’un a eu l’idée avant moi!!).

Aller vers le futur

Ces 10 dernières semaines m’ont poussée à énormément réfléchir sur la maternité. Vous me direz, étant donné mon boulot qui tourne pas mal autour de la question, c’était évident. Mais quand même. L’autre soir, dans mon lit, avant de m’endormir (oui, je me fais souvent des réflexions existentielles avant de dormir, tout comme sous la douche ou aux toilettes), je repensais à mes chroniques de confinement, et je m’imaginais relire tout ça dans 20 ans. Mes fils seront grands, ils auront peut-être déjà quitté la maison. Et alors je relirai mes complaintes d’une maman confinée le cœur serré, repensant avec nostalgie comme c’était bien, ce moment où on était tous les 4, où j’avais encore mes tout petits près de moi tout heureux de retrouver leur maman chaque matin (malgré sa tronche enfarinée), ne se plaignant jamais, contrairement à leur mère bipolaire.

Qui me fera mon câlin du matin dans 20 ans? Qu’aurais-je à envier à mes copines sans enfants? Des journées lecture-jardinage-shopping-ciné-séries-sieste? Je les aurai! Leur insouciance peut-être? Elles n’auront pas à s’inquiéter quant à l’avenir de leurs enfants: est-ce qu’ils auront du travail, quelqu’un pour partager leur vie, est-ce qu’ils seront heureux? Oui, ça c’est certain, je leur envierai cette « insouciance » là. Ou bien j’essaie de faire un enfant à 45 ans pour avoir encore des petits bras qui m’entourent, des baisers mouillés, des « maaaaamaaans » à 7 du mat’ un dimanche matin encore longtemps. #maso

Vous reprendrez bien un peu de confinement?

Du coup, ce long week-end de 4 jours, malgré un peu de travail, je l’ai apprécié comme jamais (ok j’exagère un peu, mais quand même). Je me suis même mise à faire de la pâte à sel avec homme et enfants, et je me suis amusée comme une petite folle. Bon, ma création, un cactus (avec cure-dents en guise d’épines) ressemble à une grosse crotte verte à piquants, mais j’en suis très fière. D’autant que son pot a été réalisé par mon fils, et ça, ça fait toute la différence.

Nos quelques sorties dans différents parcs m’ont paru fabuleuses. Je trouvais tout beau. J’ai partagé une bière avec une copine, après son travail, et ça m’a paru merveilleux. Je ne vous dis pas comment sera le premier resto post-confinement, je vais me rouler sous la table de bonheur je pense. Comment ça se passe pour les gens qui sortent de prison? Prendre un verre en terrasse doit être comme un rêve qui se réalise! À la manière de « Si tu gagnes au loto, tu fais quoi? », on peut maintenant demander aux gens ce qu’ils vont faire en sortant du confinement.

Pour moi, c’est tout vu: je passe du temps avec mes enfants.

Suivez Minimi sur Instagram

Lire aussi:
Chronique | Ma vie de maman déconfinée, semaine 1
Chronique | Ma vie de maman confinée, semaine 8
Chronique | Ma vie de maman confinée, semaine 7

 

 

 

 

 

Notre newsletter bientôt dans vos boîtes !

Vous souhaitez la recevoir ? Alors inscrivez-vous ici.

Reageer op artikel:
Chronique | Ma vie de maman déconfinée, semaine 2
Sluiten